Cellules T ingénierées

Thérapie innovante : les cellules CAR T ingénierées

 

Le rôle du système immunitaire consiste à protéger l’organisme contre l’agression de pathogènes ou d’éléments nocifs qui lui sont externes, en les identifiant par le biais de leur signature moléculaire (antigène du « non soi »). L’une des fonctions principales du système immunitaire est de distinguer le « soi », par la reconnaissance d’antigènes normalement présents dans l’organisme (et portés par les cellules, les protéines, les sucres ou les lipides), du « non-soi », par la détection d’antigènes anormaux ou étrangers. Les cellules cancéreuses parviennent, en partie, à se multiplier parce qu’elles trompent le système immunitaire qui les considère comme des cellules du « soi », bien qu’elles expriment des antigènes anormaux. Une tolérance immunitaire apparaît donc lorsque le système immunitaire ne parvient pas à reconnaître et attaquer les tumeurs. Rompre la tolérance immunitaire est un aspect important de la plupart des thérapies d’immuno-oncologie car cela permet au système immunitaire de reconnaître les tumeurs comme « non-soi » et de mener à la destruction des cellules tumorales.

Les programmes thérapeutiques de Cellectis s’appuient sur notre plateforme d’ingénierie du génome pour développer des cellules T génétiquement modifiées pour exprimer un Récepteur Antigénique Chimérique (CAR), et conçues pour cibler et détruire les cellules cancéreuses. Les Récepteurs Antigéniques Chimériques sont des molécules artificielles qui, lorsqu'elles sont présentes à la surface des cellules immunitaires effectrices, permettent à ces dernières de reconnaître une protéine déterminée (antigène) et de déclencher l'élimination des cellules qui portent cet antigène sur leur surface (cellules cibles). Les cellules du système immunitaire – souvent les lymphocytes T - peuvent être ingénieriées afin d’exprimer un CAR capable de reconnaître certaines protéines présentes à la surface des cellules cancéreuses. Lors du contact entre la cellule effectrice et la cellule ciblée, la reconnaissance de l’antigène activera les effecteurs en leur transmettant un signal d’attaque des cibles, menant à la destruction des cellules cancéreuses.