CAR Récepteur antigénique chimérique

Les CAR au service de l'immunothérapie du cancer

 

Les CAR sont des molécules artificielles qui, lorsqu'elles sont présentes à la surface des cellules immunitaires effectrices, permettent à ces dernières de reconnaître des protéines déterminées, également appelées antigènes, qui sont présents à la surface des autres cellules. Ces récepteurs sont typiquement utilisés pour greffer un anticorps dérivé d'une cellule unique, ou un anticorps monoclonal, sur un lymphocyte T, lui fournissant un mécanisme de ciblage spécifique pour rechercher, identifier, interagir avec et détruire les cellules tumorales portant un antigène spécifique à cette tumeur, également connu sous le nom d'antigène associé à une tumeur, ou TAA.

Ces récepteurs sont en voie de devenir l'une des approches les plus prometteuses dans la lutte contre le cancer grâce au développement de thérapies adoptives de transfert de cellules. Il est en effet possible de modifier des cellules du système immunitaire (généralement des lymphocytes T) de façon à ce qu'elles expriment un CAR capable de reconnaître des protéines présentes à la surface des cellules cancéreuses. Dès que les cellules effectrices et les cellules cibles entrent en contact, la reconnaissance de l'antigène active les cellules effectrices en leur donnant le signal d'attaquer leurs cibles, ce qui conduit à la destruction des cellules cancéreuses.

Les CAR sont conçus par combinaison de domaines issus de différentes protéines, chacun d'entre eux permettant à la molécule chimérique de remplir des fonctions précises. L'architecture de CAR la plus courante est caractérisée par un domaine extracellulaire comprenant une région qui reconnaît l'antigène cible et une région intermédiaire qui la relie au domaine transmembranaire (la partie de la protéine traversant la membrane cellulaire). Ensuite, un domaine intracellulaire est chargé de transmettre un signal d'activation vers la cellule dès la reconnaissance de l'antigène, provoquant une attaque de la cellule modifiée de façon à exprimer un CAR contre la cellule tumorale.

La fraction de liaison à la cible provient généralement d'un anticorps, tandis que la partie intracellulaire peut comprendre, outre le domaine entraînant l'activation cellulaire et la réponse cytotoxique, un ou plusieurs domaines provenant de protéines réceptrices de co-stimulation pouvant améliorer la capacité de prolifération et la survie des cellules « thérapeutiques ».

Cellectis travaille aujourd'hui au développement d’une collection de CAR ciblant des antigènes présents sur les cellules caractéristiques de différents types de cancer. La Société élabore également une architecture multichaîne exclusive de récepteurs artificiels, dans le but d'accroître encore l'efficacité des futures thérapies cellulaires adoptives.